La bombe d’Hiroshima : Comment ça s’est passé ?

le

Il y a quelques temps, j’ai eu l’occasion d’assister à une conférence privée donnée par l’une des survivantes de la bombe d’Hiroshima. Après avoir vécu une telle catastrophe, elle la racontait avec un certain détachement, sans pourtant passer sur les détails aussi horribles les uns que les autres. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous rapporter ses paroles.

Le 6 août 1945. Un moment, la ville animée d’Hiroshima se tenait sur le littoral japonais, l’instant d’après tout n’était que ruines. Tout d’abord, l’incompréhension. Comment était-il possible qu’une telle catastrophe ait eu lieu, sans qu’on ne voie un millier d’avions traverser le ciel au-dessus de la ville ? Selon les témoins, un seul petit avion en était responsable. Impossible, disait-on, qu’une seule bombe ait pu détruire un territoire d’une telle ampleur. Tout comme les citoyens d’Hiroshima ignoraient tout de la bombe « Little Boy », ils n’avaient non plus aucune idée des conséquences liées aux radiations nucléaires qu’ils allaient subir.

« Nous ne comprenons pas que des gens n’ayant pas de brûlures ou aucune séquelle visible mourraient tous les jours durant les semaines qui suivirent la destruction de la ville ». Après l’explosion, la maladie. Toux, cheveux tombant par poignées, sang s’écoulant de tous les orifices du corps, vomissements, puis, pour finir, la mort. Toujours une totale incompréhension. On croit d’abord que le sol est empoisonné ; une femme ayant traversé la zone détruite avec ses enfants ne s’attendait pas à voir la vie disparaître du corps de sa progéniture sans prévenir. « On ne savait pas, personne ne nous a parlé des radiations ».

Plus tard, même des années après la bombe, ces radiations continuèrent de causer un énorme impact sur la vie des habitants d’Hiroshima. Avant de se marier, une question à poser à son futur partenaire : « Où étais-tu le 6 août 1945, quand la bombe est tombée ? ». Par peur des conséquences sur leurs futurs enfants, une discrimination écarte les survivants d’Hiroshima des propositions de mariage. Bien que les gens qui étaient présents ce jour-là soient censés recevoir une indemnité du gouvernement pour leur santé, beaucoup ne la demandent pas pour ne pas avoir à subir de discrimination. Les survivants en viennent à cacher qu’ils le sont.

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur le jour-même où la bombe est tombée. Les dizaines de personnes brûlées jusqu’à l’os, marchant les bras en avant pour éviter la douleur du frottement de la peau, se dirigeant toutes vers les temples et sanctuaires, dans l’espoir d’y trouver un médecin ou pour y mourir. Ou bien quelques jours plus tard, après la capitulation du Japon, lorsqu’on croyait que les soldats américains viendraient enlever les enfants japonais qui furent cachés dans les temples dans les montagnes, où ils suivaient les cours d’une école de fortune.

En terminant son récit, cette survivante nous a regardé dans les yeux,nous jeunes étudiants venant des quatre coins du monde, pour nous annoncer qu’elle nous racontait tout ça afin que ce genre d’horreur ne se reproduise plus. « Soyez des leaders justes, et sages. Et n’oubliez-pas. », nous demanda-t-elle. Essayons de vivre selon ces mots.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.