Carnet de voyage – 6 mois en Corée

Bonjour! Aujourd’hui je vais faire un article complètement différent des précédents. Je ne vais pas parler de chiffres, de pourcentages ou d’endroits à visiter, mais simplement de mon expérience personnelle de cette année (avec des photos prisent pendant les 6 mois en question que j’ai pioché au hasard!).

Comme vous le savez si vous suivez régulièrement nos articles (sinon je vous invite à vous abonner et/ou à lire nos anciens articles), je suis allée étudier le coréen dans une université coréenne grâce à un programme pendant six mois cette année. Je vais donc vous raconter tout simplement mon expérience générale pour vous donner mes impressions et parler de mes souvenirs.

Vous pouvez lire l’article où je parle du programme avec lequel je suis partie en cliquant ici!

Et lire l’article où je parle des cours à l’université en cliquant ici!

Le 1er mois

Je suis arrivée en Corée le 19 février 2018. Je commençais à étudier deux semaines plus tard mais je voulais profiter de mon arrivée pour passer du temps avec mon petit-ami et aussi m’installer convenablement dans notre appartement commun dans la ville de Suwon, juste à côté de Séoul. Le visa durait six mois et les études environ 5 mois et demi, donc je pouvais me permettre ces semaines de repos.

Je tiens à préciser que j’avais déjà visité la Corée du sud à trois reprises avant ça donc je n’ai eu aucune difficulté à trouver mes repères, à reprendre l’habitude avec les métros et les autres transports ou encore à m’habituer au décalage horaire.

Je me suis tout de suite sentie très bien et les études ont démarré en douceur, me laissant le temps de m’habituer à l’université car cela faisait depuis 2015 que je n’avais pas étudié, que je n’avais pas eu de devoirs à la maison et que je n’avais pas eu de cours pendant plusieurs heures d’affilées sans bouger de ma chaise.

J’avais des amies françaises qui étaient en Corée en même temps que moi. L’une en visa vacances-travail, l’autre en visa étudiant comme le mien et une autre mariée à son époux coréen. Avec les allers et retours de mon petit-ami à l’étranger pour son travail, je ne me suis pas ennuyée, je pouvais sortir en ville, faire du shopping et profiter de mon temps libre!

Je me suis aussi fait des amies japonaises dans ma classe donc je suis sortie une ou deux fois au restaurant avec elles et c’était très amusant (et elles ne parlaient pas anglais donc cela me permettait de pratiquer mon coréen plus facilement en dehors des cours).

20180606_180506.jpg

Les mois suivants

Cela s’est un petit peu compliqué avec les mois suivants. Surtout après mai. Deux de mes amies sont rentrées en France tandis que je continuais d’étudier et mes devoirs augmentaient. Lorsque mon amoureux était à l’étranger je me sentais plus souvent seule qu’avant car j’habitais loin de Séoul et sortir seule ne me tentait pas vraiment. Il m’a présenté à certains de ses amis et collègues pour que j’ai quelques connaissances dont une collègue très sympathique qui m’a fait sortir plusieurs fois et qui était d’une très agréable compagnie! Je sortais me promener dans des parcs pour visiter plus profondément dans la ville de Suwon (que je ne connaissais que grâce à la muraille avant) et je voyais toujours mon autre amie de temps en temps.

Mais malgré tout je me plaisais beaucoup sur place et le temps passait vraiment très vite. Je comptais les mois et je me disais à chaque fois « Déjà?! ».

Cohabitation

J’avoue qu’en arrivant en Corée pour vivre plusieurs mois je me posais quelques questions. J’avais confiance et je ne m’inquiétais pas mais en entendant beaucoup d’étrangers qui vivaient sur place raconter de mauvaises expériences, dire qu’ils avaient à faire au racisme régulièrement et que dés que l’on vivait plus de un ou deux mois sur place on se sentait de plus en plus rejeté et mal vu par les habitants, je me demandais si j’allais avoir, moi aussi, ce genre de problème. C’est aussi une question qui m’a beaucoup été posé sur mes réseaux sociaux (surtout snapchat). « Le racisme en Corée? Comment tu le vis? ».

J’avais alors demandé leurs avis à mes amies. L’une en visa comme le mien est restée un an et elle m’a dit ne jamais avoir eu de problèmes bien qu’elle sortait très régulièrement, même en boîte de nuit ou dans des bars, qu’elle rencontrait beaucoup de monde. elle a eu beaucoup de peine à rentrer en France et son but est toujours le même, s’installer en Corée pour un projet personnel.

Mon autre amie, mariée depuis plus d’un an avec son mari coréen vit aussi là-bas depuis plus d’un an et demi et, à part quelques histoires de photos prises sans permissions réglées avec des dialogues, elle n’a pas non plus eu de problèmes.

Et je voulais donc donner mon avis personnel, après six mois sur place, à fréquenter les transports quotidiennement, en parlant et rencontrant des coréens régulièrement et en découvrant toujours un peu plus sur leur culture. Non, je n’ai eu aucun incident. Je n’ai surpris qu’une seule fois un jeune homme me prendre en photo dans le métro (je voyais le reflet de son téléphone dans la vitre derrière lui) ce qui semble être un problème fréquent en Corée et qui, j’avoue, n’est pas vraiment agréable. Mais à part ça je considère que ma vie là-bas à été très confortable et que vivre sans s’inquiéter de sortir dehors de nuit que l’on soit seule ou accompagnée à été une véritable libération pour moi.

 

Attention! Je ne dis pas que la criminalité n’existe pas en Corée! Il faut toujours se méfier et il y a des fous partout dans le monde. Même si vous vous sentez bien, restez toujours méfiants et soyez prudents! Vous êtes dans un pays étranger donc demander de l’aide est bien plus compliqué que dans son propre pays. Faîtes attention. Si rien ne nous est arrivé à mes amies et à moi, cela ne veut pas dire que c’est le cas de tout le monde, alors, faîtes attention.

J’ai une personnalité prudente qui est probablement l’une des raisons pour lesquelles j’évite les soucis assez facilement, en tous cas là-bas. Mais il suffit d’être un peu trop naïf ou trop heureux d’être en Corée ou un autre pays, pour oublier quelques habitudes de prudence. J’ai entendu plusieurs récits de filles dans mes réseaux qui m’ont avoué avoir été charmé par certains garçons et les avoir suivi sans vraiment se méfier, avouant aussi avoir été trop naïves. Ces jeunes filles ont pris de gros risques et heureusement, tout s’est bien passé pour elles. Mais les coréens ne sont pas des idols ou des acteurs que vous voyez dans les dramas. Il faut se méfier car, comme dans le monde entier, bien que la majorité soit sain d’esprit et gentil, il suffit d’une fois pour tomber sur un psychopathe ou un homme avec de mauvaises intentions!

J’avais aussi souvent entendu parler des personnes âgées. J’ai moi-même pu voir en plusieurs voyages qu’en ce qui concerne les transports en commun (surtout le métro car c’est gratuit après 60 ans) les personnes âgées n’hésitent pas à nous pousser, nous jauger avec des regards parfois malsains ou même nous parler en coréen parfois méchamment pour bien nous faire comprendre que nous ne sommes pas chez nous. Mais encore une fois, ceci n’est pas une généralité! Pour vous rassurer un peu je vais donc vous raconter quelques expériences qui vont vous prouver que tous les anciens en Corée ne sont pas horribles et que nous pouvons très bien nous entendre.

  1. Un jour j’étais assise toute seule dans un restaurant pour manger mon repas du midi avant de rentrer chez moi après les cours. C’était un restaurant uniquement fréquenté par des personnes âgées à quelques clients près mais la nourriture était très bonne et bien servie. Un groupe de quatre vieilles femmes sont venues s’installer à la table à côté de moi et l’une d’elle m’a tout simplement complimenté avec un grand sourire en disant que j’étais jolie. Je l’ai remercié aussi en souriant, en coréen évidemment car la plupart des personnes âgées en Corée ne parlent pas anglais. Elle m’a alors posé quelques questions, si j’apprenais le coréen, si c’était difficile et si j’aimais la nourriture. Après la courte conversation elle m’a félicité pour mon coréen et a dit qu’elle était contente de voir que des étrangers apprennent le coréen comme ça.
  2. Régulièrement j’allais au C&U (une supérette comme les 7/11 ou les GS25 en Corée ouvertes 24/24h) pour acheter des petits kimbap (rouleaux de riz garnis). Le vendeur 4 jours par semaines était un homme qui avait l’air d’être âgé de plus de 45 ou 50 ans. Il à pris quelques semaines pour me reconnaître et il a commencé à avoir des conversation avec moi, il me conseillait des ramyeons, il me parlait un peu de sa vie (je n’avais pas un excellent niveau de coréen donc je comprenais ce dont il parlait mais je ne pouvait pas comprendre les détails et de grandes parties de ses phrases). J’étais contente de le voir quand j’arrivais et il était très souriant avec moi.
  3. Un autre jour je prenais le métro et je me tenais debout près de la porte vers les places réservées pour les personnes âgées. Une femme m’a tapé sur le bras qui tenait la barre et m’a salué en anglais. Elle a demandé d’où je venais et elle a commencé à me parler de ses voyages dans le monde entier. Elle a dit qu’elle avait appris l’anglais dans une université avant de partir et parcourir le monde. Elle avait visité je crois 79 ou 89 pays. Elle s’inquiétait car elle rêvait de visiter un pays de plus mais son médecin lui déconseillait car elle n’était plus en très bonne santé. Avant que je sorte du métro elle m’a dit qu’elle avait été très heureuse de me rencontrer et elle me souhaitait de pouvoir continuer de voyager pour encore longtemps.
  4. Je vais regrouper dans une seule expérience tous les compliments donnés gratuitement à la sortie des transports, des toilettes, des restaurants ou même parfois dans la rue.
20180803_184145.jpg
Isle Jeju

Toutes ces petites expériences me donnaient toujours du baume au coeur et je sentais qu’ils faisaient en sorte d’être agréables avec moi. Donner son siège dans le métro à une personne âgée ou une femme enceinte ou tout simplement des personnes qui avaient l’air fatiguées, recevoir quelques sourires et remerciements, et c’était suffisant pour embellir ma journée. Le nombre de fois où j’ai donné ma place dans le métro et qu’ensuite ces personnes faisaient en sorte de me trouver une place le plus rapidement possible en m’indiquant les places à chaque fois que quelqu’un se levait en me disant « Asseyez-vous, asseyez-vous! ».

Expérience familiale

J’ai rencontré ma belle-famille. Toute ma belle-famille. Les parents, oncles, tantes, cousins, grands-parents de mon petit-ami. Ils m’ont si bien accueillis, que j’avais presque l’impression de déjà les avoir rencontré. J’étais très gênée au début car ils me parlaient en coréen et que je ne comprenais pas tout, mais j’ai réussi à communiquer comme je pouvais et c’était, sans entrer dans les détails, une expérience formidable qui restera gravée dans ma tête. Malgré mon absence de diplôme et mon origine française, sa grand-mère m’a parlé de son petit-fils en me montrant des photos alors qu’il me traduisait ce qu’elle disait et elle n’a pas arrêté de nous féliciter car j’étais « aussi belle qu’en photo mais gentille en plus ».

Son père nous a invité plusieurs fois et il en redemandait toujours. Il semblait être heureux de me rencontrer et je pense avoir fait bonne impression.

En Corée, dans encore beaucoup de famille, les enfants ne présentent pas leurs conjoints temps qu’ils ne sont pas sur le point de se marier ou qu’ils ne sont pas sûrs que la personne en question sera là toute leur vie. En effet, j’étais moi-même la première petite-amie qu’il présentait à sa famille et il a 26 ans.

Je pense que le fait que je sois française à beaucoup joué sur la rencontre. Ils étaient vraiment curieux car c’était, pour la plupart, la première fois qu’ils rencontraient et qu’ils pouvaient parler avec une étrangère. Ce que je croyais être un problème a finalement plutôt été un bénéfice dans cette famille.

Argent pour 6 mois

Toujours sans entrer dans les détails, pour 6 mois sur place (sans compter les cours que j’avais payer avant mon arrivée) j’ai dépenser environ 1000€ par mois tout compris. Il faut savoir que je n’ai pas du tout cherché à économiser mon argent, j’avais ce qu’il fallait pour me faire plaisir donc il est facile de dépenser beaucoup moins que cette somme par mois en vivant sur place!

Conclusion

Je vous ai raconté le plus gros de mon aventure. Sans entrer dans les détails sinon cet article serait beaucoup trop long!

Pour conclure je dirais que malgré avoir vécu loin de mon pays d’origine, de ma famille et de mes amis, j’ai su profiter à 100% de mon expérience et que je le referai si c’était à refaire. Je compte d’ailleurs retourner en Corée pour un an en visa vacances-travail la prochaine fois car 6 mois s’est révélé être trop rapide pour moi! J’étais vraiment heureuse et épanouie, un vrai plaisir!

Dans un prochain article je parlerai des applications utiles à avoir sur son téléphone en Corée ainsi que de mon forfait de téléphone pour vous donner quelques petits plus sur les choses à avoir pour la vie de tous les jours!

Merci de m’avoir lu, je suis heureuse d’avoir enfin pu raconter un petit peu mon expérience. Si vous voulez me suivre sur mes réseaux sociaux, pour me poser des questions ou voir des photos vous pouvez aller sur instagram (nathttalgi) ou snapchat (nathaliebioud7).

Nath Ttalgi~

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s