Hayao Miyazaki

Bonjour~

Je viens aujourd’hui vous parler d’un de mes plus beaux souvenirs d’enfance, toutes mes heures passées à regarder les Miyazaki !!! Le rêve de moi aussi rencontrer l’esprit de la forêt , tout en pleurant car j’étais si triste que Mei soit perdue, … Mes préférences ont évoluées au fil du temps, totoro, le voyage de chihiro, kiki la petite sorcière, maintenant le château ambulant,…

Les films d’animation de Miyazaki ont suivis mon évolution personnelle et j’espère que ça continuera encore longtemps !

Résultat de recherche d'images pour

Mais qui est Miyazaki ? ( oui je suis un second Wikipédia mais en plus sympathique)

Hayao Miyazaki (宮崎 駿, Miyazaki Hayao), né le 5 janvier 1941 à Tokyo, est un dessinateur, réalisateur et producteur de films d’animation japonais, cofondateur du Studio Ghibli.

Son amour pour les films d’animation commence pendant sa dernière année au lycée. Il découvre le premier film d’animation japonais en couleurs : Le Serpent blanc (Hakuja den), de l’animateur Taiji Yabushita (ja) du studio Toei, inspiré d’un conte populaire chinois. Pour le jeune Hayao, c’est une révélation ; ( il dit même être tombé amoureux de l’héroïne, Pai-nyan). Cet animé mais surtout cet animateur va le marquer et après avoir fait des essais qu’il trouvait trop ressemblant à Yabushita, Miyazaki commença à trouver son propre style et il choisit de devenir animateur.

Miyazaki termine ses études à la prestigieuse université Gakushuin dans l’arrondissement de Shinjuku, où il participe au club de recherche en littérature pour enfants et propose une thèse sur l’industrie japonaise. Il en sort en 1963 diplômé d’économie et science politique.

Les débuts d’animateur à la Toei

Hayao Miyazaki entre au studio Toei Doga en avril 1963 en tant qu’animateur intervalliste. Ce poste consiste à dessiner toutes les images d’animation entre deux étapes-clés. Il travaille sur divers films du studio Toei, la plupart de ces œuvres ne dépasseront pas les frontières du Japon. Miyazaki deviendra secrétaire en chef du syndicat des travailleurs de la Toei ( c’est là qu’il rencontrera sa femme et avec qui il aura 2 enfants: Goro en janvier 1967 et Keisuke en avril 1969). Il va travailler 3 ans sur un film d’animation puis, entre 1969 et 1970, il travaillera sur son premier court manga / roman graphique « Le Peuple du Désert » publié sous le pseudonyme de Saburo Akitsu. Il va travailler sur plusieurs films d’animations, voyager pour ceux ci. Il va aussi réaliser sa propre série animée accompagné de Yasuo Otsuka : Conan le Fils du Futur, qu’on pourrait qualifier de prototype par rapport à ces prochaines œuvres. En 1979, il réalise son premier film d’animation : Le Château de Cagliostro (ルパン三世カリオストロの城, Ruban sansei: Kariosutoro no shiro), tiré de la série Lupin III.

Il va en 1982 pré-publier le manga Nausicaä dans le magazine Animage qui connaît un grand succès dès le départ. La même maison publie également son roman graphique Le Voyage de Shuna en 1983.

Cette même année, Miyazaki obtient de réaliser Nausicaä en long-métrage d’animation avec le studio Topcraft, produit par Takuma Shoten, Hakuhodo et Isao Takahata. (Au cours de la production, pendant l’été 1983, la mère de Miyazaki décède).

En mars 1984, le film Nausicaä (風の谷のナウシカ, Kaze no tant no Naushika)sort dans les salles japonaises et marque sa première collaboration avec le compositeur Joe Hisaishi. Avec près d’un million d’entrées, les recettes permettent à Miyazaki et Takahata la création du Studio Ghibli en juin 1985, filiale de Tokuma Shoten, débauchant beaucoup des animateurs de Topcraft.

La carrière chez Ghibli (je ne vais parler que des films d’animation qu’il a produit et dessiné)

Au sein du Studio Ghibli, Hayao Miyazaki est beaucoup plus libre de ses projets et de ses choix, lui permettant de se consacrer aux longs-métrages d’animation originaux.

Le premier à paraître est Le Château dans le Ciel (天空の城ラピュタ, Tenkū no shiro Rapyuta) en août 1986, qui attire près de huit cent mille spectateurs.

En avril 1988, Mon Voisin Totoro (となりのトトロ, Tonari no Totoro) sort en séance commune avec Le Tombeau des Lucioles de Takahata. Il avait été refusé par les producteurs mais fut un énormes succès.

L’été suivant sort Kiki la Petite Sorcière (魔女の宅急便, Majo no takkyūbin), qui réalise la meilleure performance cinéma de l’année, avec plus de deux millions et demi d’entrées.

En juillet 1992arrive ensuite Porco Rosso (紅の豚, Kurenai no buta). Il va dépasser les trois millions de tickets vendus et réalise lui aussi la meilleure performance cinéma de l’année, devant Hook et La Belle et la Bête de Disney. (Le père de Miyazaki décède l’année suivante.)

En juillet 1997 sort Princesse Mononoké (もののけ姫, Mononoke hime) qui rencontre un succès immense, avec plus de quatorze millions de spectateurs. Il devient le film le plus vu au Japon et c’est grâce à ce film que Miyazaki doit son succès international. C’est son premier film dont la conception utilise l’animation assistée par ordinateur. Ce film n’allait d’ailleurs peut-être jamais voir le jour car Miyazaki hésitait à l’époque à sortir un autre film d’animation « Boro la chenille » ( celui-ci fut abandonné mais vit le jour en 2018).

Miyazaki était fatigué après avoir fait cette longue production et se sentait moins vif physiquement parlant. Il décide alors de quitter le Studio Ghibli six mois plus tard pour fonder Butaya, un studio plus intime mais situé géographiquement à quelques mètres seulement. Le décès soudain de Yoshifumi Kondo, qui devait lui succéder, le conduit à réintégrer le Studio Ghibli en janvier 1999.

En été 2001, sort Le Voyage de Chihiro (千と千尋の神隠し, Sen to Chihiro no kamikakushi). Il totalise près de vingt-cinq millions d’entrées, soit le plus grand nombre de spectateurs de cinéma dans l’histoire du Japon, record qu’il détient encore à ce jour. Il va recevoir de nombreuses récompenses dans le monde entier, parmi lesquelles l’Ours d’or du meilleur film à Berlin en 2002 ou encore l’Oscar du meilleur film d’animation en 2003.

En 2001 est également inauguré le Musée Ghibli à Mitaka, près de Tokyo, pour lequel Miyazaki réalisera plusieurs courts-métrages.

En novembre 2004 sort Le Château Ambulant (ハウルの動く城, Hauru no ugoku shiro), et ce film d’animation réunit quinze millions de spectateurs.

En juillet 2008 sort Ponyo sur la Falaise (崖の上のポニョ, Gake no ue no Ponyo) . Il réalise près de treize millions d’entrées. ( Je me souviens avoir été le voir au cinéma hihi)

En juillet 2013 sort Le Vent se Lève (風立ちぬ, Kaze Tachinu) et il attire près de huit millions de spectateurs.

Le réalisateur reçoit de la part de l’Académie des Oscars, le 8 novembre 2014, un award honorifique pour l’ensemble de sa carrière. ( Je le met car je trouve que c’est un prix important qui porte sur l’ensemble de ses travaux.)

Il prend sa retraite en tant que réalisateur de longs-métrages (et non une retraite définitive globale, comme on peut le lire trop souvent). En 2013, quelques semaines seulement après la sortie de Le vent se lève, Miyazaki a près de 73 ans, il organise une conférence de presse pour l’annoncer.

Mais bien sûr il ne pouvait s’arrêter là. Il continua de faire des courts métrages, uniquement disponible au Japon dans le musée dédié à ses œuvres. Vous vous souvenez du film qui défiait la princesse Mononoké ? Et bien il a décidé de le faire en court métrage qui est récemment sortit fin mars 2018. Voici d’ailleurs des petits extrais de cette production.

Résultat de recherche d'images pour

https://www.youtube.com/watch?v=j4-6YI04IiE

Mais comme le format de court métrage le frustrait, il est complètement sortit de sa retraire et à annoncé en 2017 qu’il sortirait un film vers 2020. On apprend que son titre; Comment vivez vous ? (Kimi-Rachi wa Do Ikiru ka), tiré du roman de 1937 écrit par Genzaburo Yoshiko. Il s’agira d’un film d’action-aventure-fantaisie. Beaucoup de personnes imaginaient un lien avec son dernier court métrage mais d’après une interview de Kaku Arakawa ( réalisateur d’un documentaire sur Miyasaki qui le suit depuis de nombreuses années), ce film n’aura rien à voir avec « Boro ». Mais il nous a dit que ce sera un film très surprenant qui a été essentiellement fait à la main, avec moins de 3D que dans « Boro ».

Ses thèmes et personnages phares

Il faut savoir que Miyazaki s’inspire énormément de son entourage et de ses souvenirs. L’exemple le plus frappant est celui de sa mère. Elle avait une tuberculose, et a dû rester 3 ans dans un hôpital. Dans Le vent se lève la tuberculose touche Nahoko Satomi, l’héroïne principale et dans Totoro, la maman de l’histoire qui est à l’hôpital représente la sienne. Et Shirō Miyazaki, le frère cadet de Hayao, dit que dansLe Château dans le ciel, le personnage de Dora est basé sur leur mère, non physiquement mais en ce qui se rapporte à la personnalité.

Les héros : La plupart des héros de Miyazaki sont des enfants. Celui ci explique que quand celui-ci réfléchit à l’histoire, ce sont des enfants qui lui viennent spontanément à l’esprit. Le fait d’utiliser des enfants permet de très rapidement s’y identifier. Les enfants sont caractérisés par leur naïveté liée à la découverte de leur environnement, leur spontanéité, leur enthousiasme. Toutefois, leur rôle les met souvent dans des situations où les événements leur confèrent une forte responsabilité (d’eux-mêmes comme des autres) et les poussent à agir en adulte.

Nous pouvons aussi remarquer que la plupart des héros sont aussi des femmes. Les femmes occupent donc une place importante dans son œuvre. On les retrouve dans tous ses films, jouant souvent un rôle majeur lorsqu’elles ne tiennent pas le rôle principal. Il y a tous les âges représentés dans sa filmographie, allant des petites filles de Mon voisin Totoro à l’aïeule de Nausicaä. Ce sont des femmes indépendantes, fortes, vulnérables, craintives et téméraires, qui occupent souvent une place qu’un homme aurait occupé dans notre société patriarcale actuelle.

Les liens filiaux présentés par Miyazaki sont presque exclusivement de type mère-fille. En ayant un enfant comme personnage principal il peut alors mettre en avant la rupture de ce lien, un pas vers l’âge adulte et la transmission d’un patrimoine de la mère à sa fille, comme dans Kiki la petite sorcière.

Les « méchants » : Déjà nous pouvons relever le fait que ceux ci ne sont pas présent dans tous les films d’animation de Miyazaki ( par exemple Kiki la petite sorcière ou Totoro) et quand il y en a ils ne le sont pas entièrement. Ce que je veux dire par là c’est que dans ces personnages ne sont pas tout noir ni tout blanc. S’ils font du mal à un être c’est parce qu’ils sont convaincus que c’est la bonne chose à faire. Ils ne se voient pas comme des méchants, nous avons donc la possibilité de comprendre le point de vue de chaque personnage ce qui atténue la haine que peuvent leur porter d’autres personnages. Un très bon exemple est la Dame Eboshi. Pour elle la nature prend trop de place, elle l’attaque et lui gâche la vie. C’est donc « normal », de son point de vue, qu’elle veuille se battre contre elle. Car les « méchants » possèdent néanmoins un fond de bonté, qui les rend parfois ambigus : ils s’avèrent victimes d’un sort ou d’une incompréhension qui les empêchent d’être bons. Par exemple Dame Eboshi est une « gentille » du point de vue des lépreux car elle prend soin d’eux et les aide à vivre.

La guerre : un des sujet phare de Miyazaki est bien sûr cette dernière. Il est né lors de cette seconde guerre mondiale et cela l’a énormément marqué. Il s’inscrit dans la lignée des artistes traumatisés, obsédés par la bombe atomique. Bien qu’il ait été très jeune lors de cette guerre (il avait quatre ans lors des bombes nucléaires de Hiroshima et de Nagasaki), il l’a vécue et ressentie au travers de sa mère et son entourage durant toute son enfance et sa vie d’aujourd’hui. Cela peut donc expliquer cette ambiance de combat omniprésente, des bombes, des explosions et bien sûr des victimes.

Nous pouvons aussi lié à cette thématique, celle de l’aéronautique. Et oui, car en plus d’avoir grandit en temps de guerre, Miyazaki, il avait un père directeur de Miyazaki Airplane, une entreprise en aéronautique appartenant à son frère (l’oncle de Hayao) qui produisait les gouvernes des Zero (avions de chasse japonais). Il a donc été passionné par ce sujet et ce thème se retrouve partout dans ses oeuvres. ( Le plus voyant est dans Porco Rosso ). Il a d’ailleurs dessiné des avions avant de s’essayer aux personnages.

Finalement j’aimerai lier la technologie à cette thématique car j’ai pu remarquer que la technologie est montré d’un aspect négatif, celui de l’évolution guerrière et celui qui détruit la nature (qui est d’ailleurs une thématique à elle seule.)

La nature: Je n’ai pas énormément de chose à dire sur cette thématique alors que c’est celle qui est la plus présente et la plus visible hahaha. Miyazaki transmet un véritable message écologique à travers ses films. Ils montrent la nature qui se bat pour reprendre du pouvoir et les hommes la détruire. Ils montrent la nature en colère de la pollution, de la technologie et du non respect de celle ci. Il donne entièrement une âme à la nature en la liant à des esprit comme totoro, le maitre de la forêt, les kodamas,… Dans tous les films de Miyazaki, quel que soit le sujet, on trouve un endroit de paix éternelle et bien sûr ce lieu ce situe en pleine nature, un endroit que les hommes n’ont pas encore détruit.

Le respect des anciens : Conformément à la culture japonaise, le respect des personnes âgées se voit très bien dans la plupart des films de Miyazaki, voici quelques petits exemples : la doyenne du village dans Nausicaä est consultée pour sa sagesse ;et dans Ponyo sur la falaise, Sôsuke s’avère très poli envers les personnes âgées dont sa mère s’occupe. Mais ça se passe aussi au près des « méchants » comme par exemples; le grand âge de la Sorcière des Landes la rend respectable (Sophie veille sur elle comme si elle était sa maman après sa transformation), dans Princesse Mononoké, on s’excuse auprès de la dépouille du sanglier possédé par le démon de l’avoir tué.

Toutes les personnes ayant déjà regardé un film d’animation de Miyazaki connaissent la magie que ses films d’animations procurent, mais j’espère donner envie à celles qui n’en ont jamais regardés.

Petit bonus ; quand je travaille j’aime beaucoup écouter de la musique mais seul problème, j’aime parfois tellement les chansons que je commence à chanter plutôt qu’étudier. J’ai alors trouvé les compilations de musique pour les films de Miyazaki et c’est vraiment parfait pour une ambiance de travail, je recommande donc :)))

Voilà voilà voici la fin de cet article. Je n’ai ici qu’abordé qu’un résumé de sa biographie et les thèmes phares de cet artiste mais si vous avez envie d’en savoir plus sur son dessin, la technologie utilisée ou juste comment se passe la création d’un animé faites le moi savoir en commentaire.

Zoé~

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. yasmine D. dit :

    Moi aussi, j’aime beaucoup ce qu’il fait. C’est magique, poétique. Merci de nous raconter son histoire c’est toujours intéressant de connaître l’univers d’un réalisateur. Bonne journée 😘

    Aimé par 1 personne

    1. Zoé dit :

      Mercii beaucoup, bonne journée ~~

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s