L’ijime : Harcèlement scolaire au Japon

ijime

L’ijime, le harcèlement, est un phénomène malheureusement très présent au Japon. Qu’il ait lieu en milieu scolaire, au travail, ou bien dans la vie quotidienne, il reste un important problème. Les cas les plus connus et certainement les plus alarmants sont ceux ayant lieu dans les écoles, justifiant certainement du triste taux de suicide adolescent au Japon, bien trop élevé : depuis 2007, entre 300 et 350 jeunes japonais se suicident par an, 91% d’entre eux mentionnant des problèmes à l’école dans les lettres qu’ils laissent derrière eux pour justifier leur acte.

Plusieurs facteurs expliquent ces statistiques alarmantes : certains professeurs ne signalent pas les cas de harcèlement scolaire qu’ils constatent, et ne les empêchent pas systématiquement, considérant simplement cela comme des querelles habituelles entre les enfants ou adolescents. Seulement, le harcèlement scolaire est particulièrement difficile à vivre au Japon qui est doté d’une société principalement basé sur le groupe et l’homogénéité. En cas d’ijime, le groupe se retourne contre la victime, qui se sent alors isolée et exclue, fait extrêmement grave au Japon où le sentiment d’appartenance à la communauté est des plus importants.

En 2005, 43% des mineurs japonais ayant été accusés de harcèlement scolaire sur leur camarades expliquaient le choix de leur victimes par le fait que ces personnes étaient « faibles, n’offraient pas de résistance et détonnaient par rapport au groupe ». (Source VOANews.com, 2007) De plus, les autres élèves ne défendent en général pas une victime de harcèlement scolaire, et ce même si ils sont amis avec la personne en question, de peur de se faire exclure du groupe à leur tour.

Principalement à cause de l’ijime, le suicide est la plus importante cause de décès chez les 10-19 ans au Japon depuis 2014. Il y a une conséquente augmentation des suicides en septembre chaque année, lors de la rentrée scolaire s’effectuant après les vacances d’été, particulièrement le 1er septembre qui est le jour où le plus grand nombre d’enfants japonais mettent fin à leur jours. Cette augmentation dans le nombre de suicides se répète également en avril, où les enfants et adolescents au Japon commencent une nouvelle année scolaire. (Source : Humanium)

Certains adolescents victimes d’ijime ne choisissent cependant pas la solution du suicide ; à la place, bon nombre de jeunes japonais harcelés à l’école finissent par s’enfermer dans leur chambre en refusant tout contact avec le monde extérieur, et ce parfois pour plusieurs années. Ils sont ce que l’on appelle des « Hikikomori« . Un rapport du gouvernement japonais publié en septembre 2016 compte 541 900 personnes entre 15 et 39 ans s’étant complètement coupées du monde.

Afin de contrer l’ijime, certaines écoles se servent directement de cette culture d’appartenance à un groupe et proposent aux élèves de former des « patrouilles contre le harcèlement scolaire » en leur permettant de s’assembler contre l’ijime. Des mesures ont également été prises par le gouvernement qui compte notamment sur les professeurs pour agir si leurs élèves viennent leur demander de l’aide. Le but est d’encourager les victimes d’ijime à en parler afin qu’ils puissent recevoir soutien et conseils. Puisque les enfants et adolescents utilisent énormément les réseaux sociaux, un programme ayant pour but d’aider les victimes de harcèlement scolaire a également été prévu pour une mise en place sur ces réseaux en 2018.

Cependant, restent de nombreux problèmes, notamment le fait qu’il est difficile pour les élèves de faire confiance à leurs professeurs en voyant le nombre d’enseignants ignorant les cas d’ijime, ou le fait le gouvernement tente parfois de diminuer l’importance du harcèlement scolaire dans les rapports qu’ils publient. L’ijime est encore un phénomène particulièrement présent au Japon, mais une évolution pourra éventuellement s’installer cette année suite aux mesures mises en place.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.