L’abandon d’enfants en Corée du Sud : causes, conséquences, et mesures prises

Ce genre de chose, ce n’est pas dans les dramas qu’on les apprend… J’avoue que j’ai eu du mal à écrire cet article, de par la complexité du sujet et mon manque d’infos et de sources… J’ai finalement interrogé une proche sud-coréenne, actuellement en France mais ayant grandi à Daegu, je la remercie d’ailleurs. J’espère que cet article vous plaira, et que je vous apprendrai grâce à lui un peu plus de la société coréenne…

.

Depuis quelques années, l’abandon post-natal augmente en Corée du Sud. Mais quelles en sont les raisons ? Quelles initiatives sont prises ?

  • Un tabou et rejet de la société

Malgré l’évolution phénoménale de la Corée du Sud ces dernières décennies, sa nouvelle ouverture sur le monde et sa technologie avant-gardiste, les mentalités, elles, n’ont pas changé. La société jongle entre tradition et modernité, mais au sujet des grossesses non-désirées et de tout ce qui en découle, il y a encore bien des progrès à faire…

Tout d’abord, il faut savoir qu’au pays du matin calme, les naissances hors-mariage sont très mal vues, et les relations sexuelles lorsqu’on est mineur, encore pire ! Concrètement, tomber enceinte mineure est un tabou ultime. Pour les jeunes filles, il est donc impossible d’en parler à leurs parents, la honte et le déshonneur sont trop grands. Un nouveau système est donc apparu : les mineures enceintes contactent sur le net des adultes, généralement des hommes, qui, en échange souvent d’une petite somme d’argent, se font passer pour leur père et les accompagnent chez le médecin pour procéder à l’avortement. Bien sûr, tout cela se fait dans la plus totale illégalité.

Vous vous demandez peut-être : Mais pourquoi tombent-elles enceintes, déjà ? Et bien c’est comme en France, accidents et surtout, absences d’informations. En effet, en Corée du Sud, le sexe est un grand tabou de la société (comme partout ailleurs, c’est vrai, mais là bas c’est encore pire). A l’école, pas de conférences de prévention. On explique vaguement les étapes de la grossesse aux filles, mais rien sur la contraception. Et à la maison, on n’en parle pas non plus, ça ne se fait pas. Résultat, les jeunes coréens n’y connaissent rien, quelques idées reçues tel que le fameux « On ne peut pas tomber enceinte lors de sa première fois » tournent, mais c’est tout. Donc forcément, les grossesses incontrôlées sont nombreuses chez les jeunes…

  • Contraception et avortement

Comme dit précédemment, les coréens sont peu informés des méthodes de contraception. Le préservatif masculin est donc majoritairement utilisé, et la pillule est également de plus en plus employée, malgré une superstition coréenne selon laquelle cette dernière rend stérile… Comme en France, la pillule doit obligatoirement être prescrite par un médecin.

Pour ce qui est de l’avortement, il n’est pas totalement accessible. Pour être autorisé, bien que les démarches administratives soient complexes, il faut répondre à l’un ou plusieurs de ces critères : danger pour la vie de la mère, mauvaise santé physique et/ou mentale, résultat de viol et/ou d’inceste, et si le fœtus est non viable. C’est tout.

Si vous voulez avorter pour des raisons économiques et sociales, ou juste parce que vous le souhaitez, il faudra donc le faire à l’étranger, ou illégalement.

Toutefois, même si l’avortement est demandé en toute légalité, avec un des critères l’autorisant, les médecins contre peuvent refuser… Il est donc également compliqué de trouver un médecin acceptant de pratiquer l’opération ou de donner les médicaments spécialisés.

Un autre fait également : en Corée du Sud, chaque citoyen a un carnet où tous les rendez-vous médicaux sont notés, les médicaments donnés, les opérations qui ont eu lieu… Il est courant chez les couples d’échanger leur carnet avant de se marier, afin de « vérifier » la santé de l’autre. Ainsi, les femmes ne souhaitant pas que leur avortement ou autre faits qui pourraient leur porter préjudice y soit marqué, fraudent en payant en liquide le médecin, afin que la consultation passe inaperçue. Forcément, cela coûte plus cher.

Depuis ces dernières années, les coréennes se battent pour légaliser totalement l’avortement, et ainsi contrôler leur vie. Leur corps, leur choix !

Mais pourquoi l’avortement en Corée du Sud est-il bien plus mal vu qu’en France, par exemple ? Voici quelque chose que j’ai remarqué, et dont j’aimerais vous faire part, car cela expliquerait bien des choses :

En France, on commence à compter votre âge à partir de votre naissance. En Corée, vous avez déjà un an lorsque vous venez au monde, parce qu’ils commencent à compter dès la conception, et arrondissent les neuf mois à un an. (Vous avez sûrement déjà entendu parler du fait que votre âge en Corée est différent.) Cela paraît tout bête, mais réfléchissez : Cela signifie donc qu’en France, vous ne commencez vraiment à vivre que lorsque vous sortez du corps de votre génitrice, alors qu’en Corée, vous vivez en être humain à part entière dès votre conception. C’est pourquoi l’avortement est mal vu par la société coréenne, il y a beaucoup plus le sentiment de tuer quelqu’un qu’en France…

  • Causes et Conséquences de cette manière de penser

Tomber enceinte en étant une femme seule, en Corée du Sud, c’est ruiner sa vie. Sachant que les couples mariés n’ont généralement qu’un enfant cette génération-ci, puisque les coûts médicaux et scolaires sont très élevés, les coréens ne sont pas du genre à se marier avec une femme en ayant déjà eu un. De plus, les femmes célibataires ne peuvent pas promettre une enfance confortable financièrement, l’écart salariale étant très grand…

Mais la principale raison qui pousse les jeunes mères à l’abandon est le regard des gens. Dans cette société où l’on juge beaucoup autrui, celui-ci peut être dévastateur. Il est également très important pour les coréens, d’où ce genre de choix. Selon la jeunesse coréenne, c’est vraiment la manière de penser qui est problématique. Oh et bien sûr, vous l’aurez compris, seule la femme est blâmée à ce sujet, jamais l’homme !

  • Adoption ou Abandon ?

Pourquoi ne pas faire adopter son enfant plutôt que de le laisser dans un carton sur un trottoir ? Eh bien depuis 2012, suite à une nouvelle réglementation des adoptions, les parents souhaitant faire adopter leur enfant ont de nouveaux critères à remplir, et pas des moindre : devoir être deux parents à le demander (bye bye les mères seules), devoir laisser passer un délai d’une semaine (bye bye la discrétion), remplir des documents (bye bye l’anonymat)… Les chiffres sont clairs : depuis cette date, il y a beaucoup plus d’abandons et beaucoup moins de mise en adoptions.

Les enfants coréens restent beaucoup adoptés à l’étranger, le pic étant à la suite de la guerre de Corée.

  • La Baby Drop Box

Un pasteur séoulite appelé Lee JongRak (이종락), a été pris de pitié pour ces nouveaux-nés abandonnés devant sa porte, et s’est inquiété de l’augmentation progressive du nombre. En 2009, il a donc créé cette  » boîte à bébé » qui en 15 ans environ, en a accueilli plus de 3000, soit 4 ou 5 par semaine. Devant ce succès et la demande augmentant, une seconde boîte a été ajoutée à l’extérieur de la ville.

Voilà comment elle fonctionne : (vous allez voir, c’est très simple)

Le parent laisse son enfant dans cette boîte, qui donne sur le bâtiment réservé :

De l’autre côté du mur, à l’intérieur, une unité de soin récupère l’enfant, et s’en occupent le temps de trouver un orphelinat où les confier :

Et voilà !

L’initiative de ce pasteur a été saluée mondialement, et fait réfléchir au sujet de l’abandon…

.

~ par votre maknae Kang JinShil, qui espère vous avoir touché et informé à travers cet article~

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. shureilya dit :

    Article au top, très bien rédigé ! Je découvre une nouvelle facette de ce pays et j’adore. C’est bien dommage que les coréens soient si peu informés… Le sexe est quelque chose de normal, de naturel (pas trop tôt bien sûr) mais je pense que la meilleure prévention reste quand même l’information, pas vrai ? :/
    Bravo et merci pour ce billet 👏 ♥

    Aimé par 1 personne

    1. Jinshil dit :

      Awww merci ton commentaire me touche 😄💜 Et oui, je suis totalement d’accord, beaucoup de problèmes seraient évités si on arrêtait de faire du sexe un si grand tabou et ainsi que la population soit plus informée…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.